Résonances

Gravures

Des artistes de l’atelier genevois de gravure contemporaine portent leur regard sur l’oeuvre de Marc Jurt.

Exposition du 3 juin au 1er juillet 2022

Prolongation de l'exposition 
jusqu’à la fin du mois de juillet

à l’atelier genevois de gravure contemporaine
Route de Malagnou 17 · 1208 Genève

Attention, en juillet les jours et heures d’ouverture seront :

  • Les lundi et mardi entre 09H00 et 17H00
  • Et le mercredi entre 09H00 et 13H00

Vernissage le jeudi 2 juin à 18h

Avec les oeuvres de Jérémy Bajulaz, Marie Borel, Seungyoon Choi, Lysandre Davoine et Jessica Decorvet, Adrian Fernandez Garcia, Fred Fivaz, Anaëlle Gauthey, Marfa Indoukaeva, Carol Juillet, Emmanuel Mottu, Pablo Osorio, David Parrat, Massimo Piovesan, Jeanne Tara.

Extrait de « Hommage à Marc Jurt » de Jean Michel Olivier (2009)

Né en 1955 à Neuchâtel, Marc Jurt fréquenta l’École des Beaux-Arts de Genève où il impressionna d’emblée tout le monde par ses dons de graveur, véritablement hors norme. Par la finesse de son trait, la richesse singulière de son inspiration, qui repoussait toujours plus loin les limites de l’imaginaire, son humour, sa grande humilité, ce jeune prodige prit place aussitôt parmi les plus grands, tels Albert-Edgar Yersin ou Pietro Sarto. Marqué par le surréalisme, dont l’ambition suprême était de concilier la vie et rêve, Marc Jurt combina dans ses premières œuvres des éléments naturels (montagnes, nuages, végétation luxuriante) fortement symbolisés, avec des éléments fantastiques évoquant des puissances élémentaires et obscures. Son dessin, d’une précision d’horloger, ouvre une faille dans le réel, diaboliquement reproduit, mais comme retourné, ou éventré.

lire la suite

Mais ce talent d’orfèvre ne suffit pas à définir l’œuvre de Marc Jurt. Grand voyageur (il fit de nombreux séjours en Inde et dans l’archipel indonésien), il ouvrit la gravure occidentale à d’autres influences, à la fois techniques et esthétiques. Fasciné par la calligraphie chinoise, par exemple, il inventa, dans chaque toile, un alphabet imaginaire, plus vrai que le réel, qu’il superposa à la gravure première. De même, intéressé, depuis toujours, par la fabrication du papier, support final de la gravure, il fit venir du Japon, de Corée ou de Chine, des papiers merveilleux de finesse et de sensualité, qu’il découpait, imprimait, puis collait sur la toile, devenue palimpseste. Mêlant gravure, peinture et collage, ses dernières œuvres reflètent parfaitement cette ouverture au monde et cette inspiration fertile, constamment  surprenante.
Fasciné par « la trace qui perdure quand l’être ou l’objet qui la laisse a disparu », Marc Jurt a littéralement exploré toutes les facettes de la gravure, dont il maîtrisait les techniques à la perfection (eau-forte, pointe sèche, aquatinte). Il a ouvert la gravure à la peinture, à l’écriture, à la trace aléatoire, à la couleur. (…)

Jean-Michel Olivier 

réduire le texte
Quo Vadis, 2004 - Aquatinte au sucre et aquatinte en bleu sur deux plaques - 28,1 x 19 et 6 x 15,8 cm (28 x 19 cm)

 

La Fondation

Créée par Marc Jurt en 1999, la Fondation qui porte son nom était à l’origine dédiée à la promotion de l’estampe au moyen d’un centre de documentation, d’une salle d’exposition et de la remise annuelle d’une bourse en faveur d’un-e jeune graveur-se.
Depuis le décès de Marc Jurt, la Fondation a concentré ses efforts sur la mise en valeur de l’œuvre peint et gravé de l’artiste grâce à des expositions et des publications. Actuellement, elle s’efforce d’assurer la préservation de l’œuvre de Marc Jurt, notamment à travers un programme de ventes et de dons à des institutions publiques et privées.

En savoir plus

 

 

L'Artiste

Décédé prématurément des suites d’une maladie en 2006, Marc Jurt a été un artiste marquant de la scène artistique suisse du XXe siècle. Après des études à l’Ecole des beaux-arts de Genève, il a exploré toutes les facettes de la gravure, dont il maîtrisait les techniques à la perfection (eau-forte, pointe-sèche, aquatinte). Faisant preuve d’une grande liberté, il a inventé son propre langage, introduisant dans ses peintures des fragments de gravure et appliquant à la gravure la gestuelle propre à la peinture. Ses nombreux voyages n’ont cessé de nourrir sa créativité. Ouvert au monde, observateur attentif curieux de tout et de chacun, créateur infatigable, Marc Jurt savait toucher les êtres qu’il rencontrait.

En savoir plus

 

Fleur, 1996 Acrylique, pointe sèche, papier Népal sur bois 132 x 61 cm

Où te faufiles-tu Marc
je te perds parmi les tiges
que tu fais bruire en passant
devenu un courant d’air
qui ranime les échos
d’une moitié de la Terre
au moment de son réveil
(…)
Michel Butor

Extrait de : Le chroniqueur de la forêt des bambous, 
In memoriam Marc Jurt

Songe botanique, 2003 Acrylique, pigment, pointe sèche, papier Japon, écorce de bananier sur bois 60 x 80 cm